Ce matin nous retournons à la Foux d’Allos pour aller chez Raphaël tâter l’arc et les flèches. Crème solaire et casquette de rigueur. Ma boucle d’oreille fait un plongeon de l’extrême, je la retrouverai sans son acolyte, le fermoir.

Nous sommes 5, arcs, flèches, carquois, bracelets de protection qui grattent, mais qui grattent. Nous sommes équipées pour chasser le buffle. Raphaël nous montre la position à adopter pour ne pas repartir estropié plus que de raison : il serait bête de perdre un sein dans la bataille. Nous avons trouvé le tir à l’arc plus compliqué que le tir à l’arbalète mais ma sœur met rapidement dans le mille, quant à moi, je me réserve pour plus tard. Dernière flèche, il faut immortaliser l’instant. La photographe est prête ; moment de pure concentration : quelques gouttes de sueurs perlent, stress, tension, tous les regards sont posés sur moi et PAF dans le mille ! Fière, je salue la foule en délire et me retire avec humilité.

 

C’était court mais intense, retour aux bercails pour grignoter 2 œufs sur le plat et accomplir notre rituel biscotte / fromage de chèvre. Petit détour par le vide grenier d’Allos, une ville très charmante, des fleurs partout et une vue magnifique.

Allos - fleur - Citronnelle.net

Les Alpes 1 - Allos - Citronnelle.net

 

Thorame Haute

Nous sommes ensuite allées faire un tour à Thorame haute, quelques jolies portes et vieilles maisons, pas un chat mais un chien et deux habitants. Un peu déçues car pas grand chose à voir, nous repartons ; nous avions repéré quelques endroits où nous arrêter à l’aller.

 

Le Pont du Moulin

Premier arrêt, le Pont du Moulin. Il nous fait penser à une photo que notre père nous avait ramené de Mostar. Ne serait-il donc pas allé à Mostar, le fripon ! Le moulin est en ruine et la nature a repris ses droits. C’est un instant très étrange, au bord de la route, ce pont et son moulin, en ruine, se tiennent la depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle. Personne juste nous, eux et la nature.

20160810_155153_richtonehdr

 

Le Pont d’Ondres

Deuxième arrêt, Pont d’Ondres, il est là, seul, il est grand. Je descends dans le lit de la rivière, il parait encore plus grand. Je prends quelques photos mais l’atmosphère est flippante. J’ai l’impression qu’une énorme vague va venir nous submerger ; la faute à tous ces films catastrophes que j’ai regardé pendant des années.

Pont d'Ondres - Citronnelle.net

 


Panoramique de Chasse

Il est temps de faire notre dernière randonnée, celle du Panoramique de Chasse. Je ne vous dit pas la galère pour trouver le début de la randonnée car rien n’est indiqué, sachant que nous étions parties les mains dans les poches. Nous y arrivons finalement après 10 à 20 minutes de route cahoteuse, grâce à deux serviables messieurs. En route nous croisons une famille qui ramasse des fraises sauvages, moi qui avait un petit creux. Soudain, ma sœur hurle, elle vient d’être piqué. Allergique aux guêpes nous décidons de rebrousser chemin pour aller dans une pharmacie avant qu’elle ne me claque entre les doigts où que je doivent la traîner sur le chemin. Heureusement, il ne s’agissait que d’un taon, qui n’a d’ailleurs pas eu le temps de faire grand chose. Plus de peur que de mal, allez, on rentre, notre riz cuisiné en sachet nous attend, et les jeunes hommes des JO, en collant, aussi.

Le Verdon à Cheval

Dernière matinée dans les Alpes. Ce matin nous allons faire une balade à cheval. La dernière fois que je suis montée sur un cheval j’avais 8 ans et ça a duré deux secondes et demi. Brief en 5 minutes chrono, on va dire que j’ai pigé l’essentiel même si ne suis pas trop rassurée à l’idée de laisser les rênes à un inconnu.

Mon cheval est le plus grand. Il a la mâchoire fragile donc je dois faire attention, tirer sans trop tirer, c’est délicat. J’évite quelque branches à droite et à gauche, ma sœur décide d’en embarquer une dans son jogging. Certains passages à flanc de montagne sont étroits, cahoteux. Comme le cheval sent que j’ai de l’assurance à revendre, il s’emballe dans les descentes, Raiponce n’a qu’à bien se tenir. J’ai peur qu’il se cabre si je tire trop sur les rennes, je serre donc les fesses et espère qu’il n’a pas des idées suicidaires. Finalement nous rentrons saines et sauves. Le paysage était encore une fois magnifique et la balade très agréable.

Ne voulant pas partir sur notre fin, nous décidons d’aller faire la randonnée du Panoramique de Chasse. Manque de pot, nous n’y arriverons pas ; j’ai subitement une méga allergie sur les bras. Déjà c’est moche mais en plus ça me démange tellement que je suis à deux doigts de me scalper la peau. Arrêt à la pharmacie, 3 comprimés de cortisone et un anti-histaminique plus tard, ça commence à se calmer. Dans la voiture, je prie pour que ça n’empire pas. Nous sommes au milieu de nul part, j’ai la gorge serrée ; pas une mégalopole à l’horizon ni de pompiers sexy. Finalement encore une fois, plus de peur que de mal. On n’est pas sœurs pour rien.

C’est ainsi que s’achèvent nos 4 jours dans les Alpes. Des paysages magnifiques et de super moments passés. C’était vivifiant, sportif. Un vent de liberté et aucune contrainte. Au Top !

Il y a encore tellement de choses que nous n’avons pas faites ; j’espère y retourner

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz