Sur la route menant à Allos, nous étions passées au sein de Colmars-les-Alpes, une commune du Parc National du Mercantour et déjà, elle avait éveillé notre curiosité avec ses 2 forts et ses fortifications Vauban. Cette « petite cité de caractère » est nichée dans un écrin de verdure, au confluent du Verdon et de la Lance à 1230m.

C’est jour de marché et mes sens s’éveillent : mes narines sont enivrées et mes yeux frétillent devant ces amoncellements de fromages et de charcuteries. Certaines maisons, au sein de l’enceinte, ont une porte fenêtre qui donne sur l’extérieur, une échelle en guise d’escalier ; pratique pour faire le mur « discrétos » !

 

Nous déambulons au cœur de cette cité et nous avons l’impression d’être transportées dans son histoire : ses fortifications érigées au XIVè siècle, ses rues médiévales pavées et ses maisons de caractère en pierres tirent leur charme des nombreuses jardinières fleuries. Quelques couleurs leurs donnent également un air de Provence. La Place du Barri, place d’armes de Colmars-les-Alpes, avec son canon et ses meurtrières témoignent encore de son passé militaire, lorsque la cité était une ville frontière, protégeant la Provence contre les incursions Savoyardes.

 

Cascade de Lance

Nous nous dirigeons ensuite vers la Cascade de Lance à 20 minutes de là. Nous ne sommes pas chaussées pour une randonnée, ma sœur a d’ailleurs pris son sac à main Carry Bradshaw assorti à sa tenue Lara Croft. Sur le chemin, papi et mami reviennent claquettes aux pieds, on devrait arriver au but sans encombre bien qu’un panneau indique « un chemin chaotique et dangereux ».

Quand je lève la tête, je me sens comme une fourmi devant un pot de yaourt. En longeant la rivière, nous atteignons la passerelle située face à la cascade ; c’est sûr, elle a du faire la guerre. La Cascade de Lance a creusé son nid au cœur d’une faille. Elle est superbe avec ses 20 mètres de chute d’eau. J’aurais bien envoyé valser mes fringues pour un petit bain à la Tahiti Douche.

 

Sur le chemin du retour, la rivière nous fait de l’œil – pause détente – on savoure le calme de l’endroit, le bruit de la rivière et la fraîcheur de l’eau ; c’est si reposant et agréable. Un peu plus loin un tipi Sioux nous accueille le temps d’une photo.

 

Fort Desaix

Le Fort Desaix ou Fort de Savoie et l’un des deux forts qui dominent la cité ; le Fort de France est situé plus en amont. Je découvre de nouvelles fonctionnalités à mon téléphone – que j’ai depuis 2 ans – je m’essaie donc aux photos effets « fin du monde » et « sépia ». Pas sûr que ça soit concluant tout ça. Un « gros cailloux » se tient là, un groupe d’amis décide de faire une photo avec la tête de l’un d’entre eux à l’intérieur. Je vous laisse imaginer la scène. Ils abandonnent l’idée de la photo.

 

Foux d’Allos

L’estomac dans les talons, nous partons pour la Foux d’Allos à la recherche de quelques mets pour nous sustenter. Dans le restaurant l’Igloo nous savourons un bon repas au coin du feu : ras-le-bol des tomates, carottes et pommes de terre précuites. A moi les frites maison, la viande rouge et un dessert beaucoup trop gourmand.

Nous faisons un rapide tour dans la station et il est l’heure du tir à l’arc ! Finalement, en femmes de poigne, nous optons pour l’arbalète et c’est super chouette ! Raphael, le propriétaire des lieux, n’est pas avare en explications. Au bout d’une heure de tirs, nous finissons sur un triplet dans le centre ; pas mal pour une première fois même si en réalité, nous visions la cible du dessus…

 

Lac des grenouilles

Motivées par notre séance de chasse, nous récupérons notre panoplie de sportives pour rejoindre le lac des Grenouilles. Comme toute randonnée en montagne qui se respecte, ça grimpe un peu, moins que le lac d’allos mais nous sommes toujours en altitude et mon souffle fait des siennes. De loin un homme descend en courant, tel Rocky, il s’arrête devant nous, fait 10 pompes et repart en courant. Euh… ? Malgré cette énergumène et 3-4 randonneurs, nous ne croisons pas grand monde. Nous passons à côté de huttes de Hobbits et entendons quelques cloches au loin. Entre mélèzes et prairies, le décor est champêtre ; il ne manque plus que Marie, Laura et Grace.

 

Nous arrivons au lac, pas de lac, pas de grenouilles… O_o En randonneuses du dimanche, nous n’avions pas pensé à l’évaporation de l’eau durant la période estivale. Mis à part un jeune individu se prenant pour pour Tarzan, le lieu était – presque – reposant.

 

Encore une journée bien remplie. Ce soir nous rentrons au studio, c’est la période des J.O et ce soir c’est Basket !!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz