Chanté Nwel

Ah… la période des « Chanté Nwel« . J’avais quelques souvenirs des « Chanté Nwel » lorsque j’allais en Martinique régulièrement mais c’est une période qu’il faut vivre pour comprendre. Dans ma famille, au Marin, au Vauclin, à Sainte-Luce, au Robert, à Schœlcher, à Les Anses d’Arlet, j’ai été complètement absorbée par cette ambiance si chaleureuse ou se masse la population qui entonne en chœur les « Kantik » de Noël. J’ai chanté, j’ai dansé à n’avoir plus de voix et mal aux pieds.

Joie, bonne humeur, couleurs, solidarité, convivialité, humour et partage sur des airs de zouk, mazurka, biguine où valse créole. De soirs en soirs, parfois même tôt le matin où dans l’après-midi, après la Toussaint et jusqu’au Réveillon de Noël. Chez des amis, la famille, sur les places communales, ou chez les voisins, c’est une tradition qui rythme la vie aux Antilles. Les plats gargantuesques et les fameux pâtés de Noël ; des repas à s’en faire « péter le bide ». Et le spectacle du Ballet Pom’Kanel.

 

Distilleries rhum

S’enivrer d’alcool, d’histoire et d’art, jusqu’à plus soif à la Distillerie Clément au François.

On a déambulé dans les allées, guidés par l’ouïe, la vue ou l’odorat, découvrant la plantation, le jardin botanique, la maison et les bâtiments d’exploitation. L’alcool des fûts m’est monté au nez, si bien que j’ai failli être ivre sans avoir bu. Moulin à vapeur, engrenages, cuves, colonnes de distillation, architecture, mobilier colonial, exposition, tout est fascinant.

Malgré une lancinante envie de se désaltérer, nous avons zappé la dégustation de rhum. Il fallait reprendre la route, ne pas soûler le conducteur, et dans un moment de bonté ultime, j’ai été solidaire.

On a « bissé » la distillerie avec celle de Trois Rivières à Sainte-Luce, afin de « se bourrer la gueule » à la dégustation. Premier shot de rhum, j’ai glissé délicatement ma lèvre dans le verre et j’ai viré au rose. Au deuxième shot, j’étais écarlate. Histoire de ne pas subjuguer la foule avec mon teint éclatant, j’ai décidé de passer mon tour pour les 3ème et 4ème shot. Je m’enivrerai avec du planteur à une autre occasion.

 

Martinique typique

Des routes sinueuses aux accotements incertains, à l’éclairage absent, bordées par la végétation dense et humide, agrémentée de bœufs où cabris. Le Ti’Punch du midi. Des champs de cannes et des bananeraies à perte de vue. Des arrêts de « bus » en bois si ravissants. La vie simple. La chaleur humide. Le toisement. Le boudin de chez Suzette. Les voitures aux vitres teintés avec du gros son dancehall ou hip hop antillais. Les nuages blancs cotonneux. Le Ti’Punch de l’après-midi. Ces noms de quartiers typiques : Petit Bourg, Ti coin, GoyavierFlamboyant, Gros Raisin, Montravail. Le nom des rues d’un quartier de Sainte-Marie : Fraternité, Amitié, Gaité, Liberté, Bons Amis. La pli si tol. Le Kréyol. Les étales de poisson, de fruits et légumes pays. Le chocolat Elot. Les « psst ». Les barbecues de poulet boucané en bord de route. La voiture de pain. Héler le voisin tôt le matin. Le Ti’Punch pour l’apéro. Ces gens qui jouent aux dominos au milieu de la place du marché. Toutes ces cases Créoles qui fleurissent les bourgs. Le taxi. Découvrir de nouveaux membres de la famille à chaque voyage. L’odeur des plats traditionnels le long de la route. Aller à la boutique Le Ti’Punch du soir Les plages de sable doré où noir avec leur mer turquoise et chaude. Les latrines de la plage de l’Anse Figuier ahah…

 

C‘est la Martinique que j’aime. ^^

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz