C’est fou comme tu peux te sentir vide d’émotions à un instant puis submergé à un autre.

Je pars, je pars pour quelque part parce que je ne rentre pas vraiment chez moi. Parce que chez moi, c’est chez l’autre. Mais chez l’autre, ce n’est pas chez moi. Chez moi, c’est parfois un endroit, mais c’est surtout des gens. Et ce sont ces gens qui remplissent ma vie, ce sont des rires, ce sont des visages, des confidences, un humour douteux et quelques accolades maladroites.

Je pars et ça me fait bizarre. Bizarre de rejoindre ce connu-inconnu qui m’attend. Bizarre de quitter cet inconnu, connu il y a 2 ans. Les mots se mêlent mais n’ont pas la même signification, moi même je m’emmêle dans ces variations.

Je quitte le Canada pour la France. Une pointe de nostalgie dans l’écriture, histoire de verser quelques timides ponctuations. Ce soir, j’ai mis des virgules à la place des points d’exclamations. Demain, un point fera place aux interrogations.

Poster un Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de